Le Progrès du 13 Novembre 2004 par Michel Kemper

samedi 21 mai 2005.

Matthieu côte a un phrasé, une posture et des textes qui sonnent assez Brel et escudero, Tachan même : ça éructe un peu jeune mais ça crache pas mal.

Lui « fréquente beaucoup les mesdemoiselles », source d’inspiration féconde, point d’ancrage d’une observation lucide et très actuelle sur les vies et les mœurs. On aimera son côté vachard et ses coups de griffe, tel celui, forcément lymphatique et sympathique , sur Vincent Delerm.

Matthieu côte est un jeune artiste Lyonnais dont la prestation fut on ne peu plus remarquée. Il le mérite amplement.